La Permaculture : une nouvelle façon de vivre sa vie


Par Maria de Jesús Ortega, permacultrice

Plus qu’une manière de jardiner

La permaculture est l’art de concevoir des milieux de vie intégraux et inclusifs qui imitent les écosystèmes de la nature. Elle réunit l’agriculture biologique, l’écologie et la foresterie. Cet art repose sur trois principes : prendre soin des gens, prendre soin de la Terre et partager ses récoltes.

Le mot PERMACULTURE provient de mots latins PERMANENS (per = à travers, manere = continuer) et CULTURA (culture de la terre ou de l’esprit) qui veulent dire « la continuité de la culture de la terre et de l’esprit à travers le temps ».

Les forêts et écosystèmes de notre planète subsistent et se maintiennent en état optimal depuis des milliards d’années. La permaculture nous invite à observer la nature, à sentir la connexion avec elle et à reproduire ses fonctions efficacement pour l’épanouissement de la biodiversité. Elle nous permet de combler nos besoins de nourriture et de logement et d’apprendre à se relier positivement à l’intérieur de nos cultures.

Depuis son commencement, la permaculture ne cesse d’évoluer et de s’enrichir. Du savoir-faire au savoir-être, elle devient un savoir-vivre. Selon Bernard Alonso, professeur certifié en permaculture, elle est maintenant définie comme une approche pour la conception des lieux de vie humaine inclusifs dans l’écosystème qui l’entoure. Elle propose une culture humaine épanouie, en lien avec sa place dans la nature. Par l’éducation active, le permaculteur rend cette approche accessible à tous. L’intention de chaque permaculteur est de répandre, de plus en plus, la bonne nouvelle, pour qu’on puisse réapprendre à observer les cycles naturels et les relations existantes entre chaque élément dans son environnement. Le but est de se laisser inspirer par ces processus naturels pour recréer des milieux de vie abondants dans le respect des tous les êtres impliqués.

Bernard Alonso fait découvrir la permaculture par le développement du cerveau droit intuitif. Dans le cours qui permet l’obtention du Certificat de Design en Permaculture (PDC), valide internationalement, il nous enseigne que la permaculture humaine est la suite spontanée des observations des cycles naturels. En constatant les relations des êtres autour de nous, il nous incite à percevoir que l’être humain est lui-même un écosystème en interrelation. L’humain, en tant qu’écosystème naturel, a besoin pour vivre d’interagir constamment avec les autres êtres humains et avec les autres systèmes vivants qui l’entourent.

La permaculture humaine nous fournit des outils pour apprendre à vivre ensemble et en harmonie et pour combler nos besoins de subsistance et d’épanouissement à travers nos relations. Grâce à sa démarche pédagogique unique, Bernard Alonso nous enseigne un autre aspect de la permaculture humaine, celui de trouver sa propre niche.

L’individu, par l’auto-observation, doit trouver sa place dans son écosystème : les lieux et activités où il s’épanouit d’une façon radicale. Pour un groupe, trouver sa niche, c’est trouver la fonction du groupe et les besoins qui y sont rattachés, puisqu’un groupe, c’est un écosystème interrelationnel.

La permaculture permet à chaque individu et à chaque groupe de travailler dans sa spécificité en intégrant son environnement, tel que dans les systèmes établis dans la nature. Chacun trouve sa place et a son rôle à jouer en vue de s’accepter et d’interagir pour vivre ensemble.

Liens utiles :
www.rha-quebec.org Organise des cours en français de permaculture au Québec
www.permacultureinternationale.com Le site de Bernard Alonso
www.permaculture.fr Réseau francophone de permaculture
http://www.permacultureprinciples.com/fr
http://permafroid.blogspot.com/2009/12/ville-en-transition-connaissez-vous.html  La permaculture pour le climat du Québec

 

La reforestation et le retour aux plants autochtones dans un site à Oaxaca au Mexique désigné pour une agriculture qui répond aux besoins humains tout en encourageant la biodiversité.

Étiquettes : ,

Commentaires et réponses

Laisser un commentaire