Home » S’instruire » Qu’est ce qu’un Écovillage ?

 

Le mot écovillage est né de la fusion des termes écologie et village. Il s’agit d’un terme largement utilisé pour représenter plusieurs modèles de communautés. Ils tentent d’intégrer un environnement social d’entraide ayant un faible impact sur l’écosystème. Pour y arriver, ils intègrent différents aspects comme la permaculture, construction écologique, production verte, énergie renouvelable, agriculture auto suffisante et plus encore.

La difficulté de rassembler les projets vient du fait qu’aucun des écovillages ne fonctionne de la même manière. Certains ont une vocation politique tandis que d’autres s’attachent surtout à la qualité de vie ou développent la création artistique. Les différences sont énormes entre un lieu rural alternatif, composé d’une population jeune et de passage, et une Société Civile Immobilière (SCI) créée par plusieurs couples retraités autour de valeurs écologiques. C’est pourquoi plusieurs adeptes vont parler d’une communauté intentionnelle, plutôt que d’un écovillage. Le point commun de toutes ces initiatives est un lieu de vie collectif (pas toujours communautaire), écologique et solidaire.

Vécus comme des laboratoires d’expérimentations alternatives, les écovillages peuvent accueillir une production potagère, des constructions écologiques, un centre de ressources, un espace d’accueil, ou encore des ateliers artistiques. L’objectif est de créer, ensemble, un mode de vie convivial et juste, avec une empreinte écologique minimale. C’est l’aspect collectif qui constitue la plus grande des difficultés. Décider, construire, avancer ensemble est un véritable défi dans une société où l’individualisme prime. Derrière un projet avorté se trouve généralement un problème de relations humaines. Mais la collectivité est également un atout : échange de connaissances, mutualisation des savoirs, partage d’outils et machines (véhicules ou électroménager par exemple) et surtout, stimulation permanente pour approfondir sa démarche.

Plusieurs préfèrent se désigner comme une Communauté intentionnelle.

 

L’expression écovillage a vu le jour lors du Sommet de la Terre à Rio de Janiero au Brésil en 1992. Suite au rapport Brundtland de la Commission mondiale sur l’environnement produit en 1987 faisant le constat alarmant du réchauffement de la planète, de la raréfaction de l’eau, d’espèces vivantes et de l’accroissement de la pauvreté dans le monde, les dirigeants de 178 pays se sont réunis à Rio pour discuter de l’avenir de la planète.

S’en est suivi le fastidieux Agenda 21 fixant des objectifs ambitieux à atteindre. Parmi ceux-ci, Gaia Trust et Global Ecovillage Network (GEN) ont proposé « La Terre est notre habitat » afin de supporter financièrement les projets d’écohabitats comme exemples vivants de communautés viables pouvant résoudre la multitude et variété des problèmes complexes soulevés par le rapport Brundtland. Ils pourraient servir de champs expérimentaux reproductibles autant en zone urbaine que rurale, à travers le monde, dans divers types d’habitats, de climats, de cultures où une volonté et des habiletés à développer un mode de vie durable ont déjà été démontrées.

Sans doute à cause de leur longue expérience dans les communautés de cohabitation (cohousing), les Danois étaient prêts en 1993 à créer la première association de communautés viables. Par la suite, Gaia Trust ciblait ainsi 20 projets d’écohabitats à travers le monde qui pourraient devenir des projets d’écovillages puisqu’ils avaient déjà développé plusieurs facettes du concept global d’écovillage par leur culture et leur mode de vie différent de ceux des sociétés dites modernes.

Le modèle de l’écovillage tente le plus possible d’intégrer l’habitat humain dans l’écosystème naturel. Dès 1994, la stratégie de GEN devient plus claire et un réseau est mis sur pied ayant pour objectifs l’échange d’idées, de technologies, le développement culturel et éducatif dans le but de développer et démontrer des modes de vie respectueux de l’environnement et durables pour les générations futures.

À la conférence internationale des Nations Unies Habitat II de 1996 à Istanbul, le GEN présentait les écovillages comme des modèles positifs vivants de principes de développement durable alliant l’usage de technologies avancées et une spiritualité satisfaisante, tout en vivant harmonieusement avec la nature.

Les 20 écovillages désignés par Gaia Trust y ont présenté leurs réalisations et le GEN et Gaia Trust demandèrent 100 millions pour supporter la mise en place du programme «La Terre est notre habitat».

Depuis ce temps, les 3 réseaux régionaux ont le vent dans les voiles. À ce jour, on peut dénombrer 243 membres du Réseau mondial. Certains membres sont des écovillages, alors que d’autres sont des associations d’écovillages tels que le Réseau français des Écovillages qui regroupe 34 projets d’écovillages. De plus, on doit tenir compte du fait que ne sont listés sur les sites Internet que les membres des associations et réseaux. Il n’y a aucune vérification fiable pour valider les inscriptions dans les réseaux sur internet, car il n’y a aucun suivi en règle prouvant leurs existances réelles.

De nos jours , le mot écovillage est galvaudé par des projets qui s’approprient le nom pour la valeur ajoutée du terme écologique, sans nécéssairement l’être, plutôt quelques personnes qui n’ont aucune infrastructure existante viable pour une communauté ou qui sont plus axés sur une commune intentionnelle qui est centré sur l’humain et s’inscrit dans les réseaux comme le GEN qui n’a aucune règle fiable établie mondialement dans la pertinence de ce que c’est un écovillage et se base sur des inscriptions sur internet sans vérification dans les lieux et gonfle la réalité des écovillages réels. Les médias s’approprient le thème écovillage dans des reportages sans vraiment faire une étude approfondie sur les lieux qui se disent écovillages et donne l’impression qu’il y a des centaines d’écovillages dans le monde, à tort.

Source : fr.ekopedia.org

Comments & Responses

Laisser un commentaire